Et celle là, où est-ce ?

25 janvier 2012

Elle m’a frappée, car c’est la deuxième fois que je la vois, cette « maison de rêve au bord de la mer ». Si la photo est sympa, sans casser non plus le plafond de la créativité artistique, il faut bien reconnaître que l’endroit est plutôt séduisant et qu’on s’imaginerait bien avec une chaise longue, sur un de ces balcons avec vue imprenable. L’eau bleue qui devient blanche évoque une lumière violente, un soleil d’été, sans doute, dans une région où la mer n’est pas particulièrement froide. Oui mais où ?

Maison à Portofino
Tout droits réservés Laura – Mycol

Google Image Search a la gentillesse de me donner tout de suite la réponse, il sait, il en est sûr, c’est Portofino en Italie. Bien, me dis-je, quand Google est aussi sûr que cela de lui, c’est bon, c’est que l’original est facile à trouver. Quelques temps après, et 25 pages de résultats Google search parcourus en vain, je doute de moi. Un petit tour par TinEye me prouve que ce moteur est totalement dans les choux, puisqu’il ne trouve aucune image, mais ça ne m’aide pas plus.

Entre temps, j’ai appris comment on disait « Maison de rêve au bord de la mer » en Turc et en Russe, grâce à Lexilogos, qui me permettait de reproduire les tags sur certaines images pour essayer d’en obtenir une traduction dans Babelfish (vous voyiez, quand je cherche la source d’une image, je ne recule devant rien).

C’est finalement en repassant une deuxième fois sur la première page de résultats de Google que j’ai trouvé. Pas directement, car la photo se trouve en fait sur Panoramio, mais grâce à un site qui la reprenait, comme d’autres (et bien avant), mais qui la reprenait en faisant un lien vers la page de Laura – Mycol.

La photo originale a été chargée sur Panoramio, le 20 décembre 2007. Depuis, elle a été vue plus de 40.000 fois. Elle a été sélectionnée pour Google Earth. C’est sans doute là qu’elle a été trouvée, fin 2011, par un site de partage. D’un seul coup la machine s’emballe, la photo est reprise, anonymement, utilisée en papier peint, diffusée en Russie, en Chine, en Turquie, partout dans le monde. Google montre 25 page de résultats, en grande majorité des blogspot, tumblr, pinit et autres blogs communautaires, mais on y trouve aussi des sites qui doivent totaliser des centaines de milliers de vue par page, comme Acidcow.

En comparaison, la photo d’origine a été mise en favori 14 fois, et liké 7 fois seulement. (Plus un favori de ma part).

Il y a eu il y a peu de temps une discussion sur le Standblog, où Tristan Nitot citait comme une de ses raisons pour mettre ses photos sous licence CC The pride of building the reputation of being a decent photographer, la fierté de se faire une réputation de bon photographe. Malheureusement, pour Laura Mycol, c’est un peu raté….

Photographie

2 commentaires to “Et celle là, où est-ce ?”

  1. C’est en effet une très belle photo, une belle maison, dans un article très intéressant et instructif.

    Mais dans ce type de prise de vue je me pose toujours la question « Quid du propriétaire des murs dans tout ça ? »

    Sauf accord autour d’un café, peut-être ne souhaitait-il pas que sa demeure fasse le tour du web?..

    Le fait qu’il dispose d’un brise-vue, alors que celle-si doit être splendide me laisse penser qu’il souhaiterait plutôt être peinard, à regarder ses chaînes de télévision par satellite ou via hiertzien, dans le fraîcheur de ses pièces tempérées par un revêtement en cours de végétalisation, tout en se désaltérant de son eau minérale favorite achetée par pack de 24.

    Peut-être le propriétaire ne souhaitait-il pas en étant géotaggué sur panoramio, que l’on sache qu’à pied l’on pouvait accéder à sa zone de tranquilité via la route ducale des Abbruzzes, et que pour partager sa vue, il était possible par voie navigable d’atteindre son balcon par les quelques marches métalliques aboutissant à une petite trappe…

    Il s’agit peut-être du cliché d’une chambre d’hôtes destinée à un magazine en ligne ou papier, mais je me pose toujours cette question du droit du propriétaire…

  2. Cultures du Monde

    C’est aussi une bonne question. Le droit y donne généralement une réponse qui est « droit de panorama », avec plus ou moins d’étendue.

    Bien qu’il n’existe pas en France, la jurisprudence a finalement fini par trancher en faveur des photographes, d’une façon qui permet au moins de photographier sans problème les biens « normaux » à partir de l’espace public.

    En Italie, la loi ne donne pas ce droit de panorama pour les biens culturels et pour le « patrimoine paysager », la loi définissant ce patrimoine comme un paysage exceptionnel.
    Donc ici, la photo me semble légale.

    La question de la géolocalisation en revanche, n’est pas anodine. « Si » elle est parfaitement exacte, elle indique avec nettement plus de précision où se trouve une maison que ne pourrait le faire une petite carte postale. Elle augmente donc a priori la possibilité de nuisance, sans en changer la nature.

    Si la photo a été prise par une parfaite inconnue, se promenant sur la version locale du chemin des douaniers, l’endroit doit être parfaitement connu de tous les locaux, et la nuisance additionnelle réelle assez faible.
    Si la photo a été prise par les propriétaires ou un de leurs amis, c’est leur problème :)
    Si la photo a été prise par quelqu’un qui a crapahuté dans des chemins interdits, là oui, je suis parfaitement d’accord avec toi

    (PS : le brise vue est relativement modeste, il donne peut être tout simplement sur une salle de bains où le proprio aime se doucher à poil en profitant de la vue et en chantant « O Sole Mio »)

Leave a Reply

(obligatoire)

(obligatoire)