Le guide des colonies de vacances

Depuis l’époque de la chanson de Pierre Perret, les jolies colonies de vacances ont bien évoluées.

L’éventail d’activités proposées est devenu très large, du classique séjour à la mer à la découverte d’activités culturelles comme le théâtre, en passant par les colonies de vacances sportives, les séjours linguistiques ou les immuables camps scouts.

Si vous êtes un parent consciencieux, un « parent hélicoptère », vous avez déjà certainement inscrit vos enfants pour cet été, peut-être même pour l’été prochain.

Si vous êtes un parent « normal », ce guide est pour vous.

Des enfants devant un mur peint

Les colonies de vacances :un passage obligé

Faut-il envoyer son enfant en colonies de vacances ?

La colonie de vacances n’est pas une obligation légale, mais elle a énormément d’avantages.

Déjà, pour tous les enfants qui ne sont pas issus de familles privilégiées, disposant de résidences secondaires et dont un des parents (la maman souvent) ne travaille pas, ou bien où les grands-parents sont disposés à accueillir tous leurs petits-enfants tout l’été, les colonies de vacances sont une solution pour un séjour encadré, en dehors de la ville, qui vient en complément des vacances avec les parents, chez les tantes, cousins, amis, etc…

Un groupe d'enfants à poney le long de la plage

La découverte de l’équitation, sur des poneys

A la différence de ces vacances en famille, elles proposent des activités pédagogiques et sont une occasion de sortir totalement l’enfant de son cercle familier. En l’obligeant à rencontrer un groupe de nouveaux enfants inconnus, elles élargissent son cercle de connaissances et améliorent ses capacités sociales.

Certaines activités peuvent difficilement se pratiquer sans une structure qui n’est pas toujours disponible lors de vacances familiales (équitation, théâtre…)

Sur une scène des jeunes donnent un concert de musique

Colonie de vacances « Musique et Cinéma »

Enfin, les encadrants peuvent prendre en charge de façon plus détachée que les parents certaines corvées, comme les devoirs de vacances.

Pour toutes ces raisons, une bonne colonie de vacances va offrir à votre enfant un séjour qui va lui apporter nettement plus que d’échapper à l’ennui. Elle est aussi un outil pédagogique, elle peut permettre de débloquer certains problèmes installés lors de l’année scolaire et ouvrir l’horizon de votre enfant.

Sur une table, des enfants peignent des motifs de rosace

Les activités artistiques, un grand classique

Tout est dans le mot « bonne » colonie de vacances : adaptée à l’âge et aux goûts de l’enfant et au budget des parents.

A partir de quel âge ?

Les centres maternels

Officiellement, on peut envoyer un enfant en colonies de vacances à partir de 4 ans. La tranche des touts-petits représente environ x% des séjours, et ce sont des séjours de plus courte durée. Si le petit a déjà intégré un jardin d’enfants sans difficulté, s’il a déjà fait des séjours seuls chez des membres de sa famille, cette expérience peut lui être bénéfique, mais il faut que le séjour reste de courte durée, et que les parents aient la possibilité de l’interrompre, si cela se passe réellement plus mal que prévu. En général, les tout-petits s’adaptent très bien, tandis que les parents restent les plus angoissés. Ils restent centrés sur eux-mêmes ce qui, paradoxalement, facilite l’éloignement.

A partir de six ans

L’enfant gagne en autonomie et s’ouvre au monde qui l’entoure. Il est donc plus conscient de la séparation, il a déjà eu des expériences (jardin d’enfant, école), il faut faire attention à son caractère, se fait-il facilement des nouveaux amis par exemple ?

Un groupe d'enfants sur une plage

La « colo » à la plage

Pré-ados et ados

Ils sont capables de gérer la séparation, ils l’ont souvent vécue, déjà, pour des vacances chez des copains ou dans la famille, un séjour de langue. Ils sont plus angoissés à l’idée d’être séparés de leurs amis que de leurs parents. Un premier séjour réussi et ils ne demandent qu’une chose : retourner l’été d’après dans la même « colo ».

Adapter la durée à l’âge de l’enfant

Jusqu’à six-sept ans, un séjour d’une semaine est un maximum. Ensuite la durée peut s’allonger à deux à trois semaines pour les pré-ados, voir plus pour les plus âgés.

Quel type d’activité ?

Il faut choisir entre envoyer l’enfant pratiquer une activité qu’il connaît et qu’il aime, ou, au contraire, tenter de lui faire découvrir un autre sport. Pour la première colonie de vacances, évitez trop d’innovations à la fois !

Croisière du centre des Glénans

La croisière de Paimpol aux Glénans

Les séjours sportifs

C’est l’archétype de la colonie de vacances : soleil et activités physiques. Les séjours peuvent être multisports, ce qui va favoriser la découverte de nouvelles activités, ou monosport (équitation, voile, varape…) A côté des grands noms connus comme l’UCPA ou Les Glénans, de nombreux organismes proposent ce type de séjours.

A noter aussi, toujours dans le domaine de la voile, Le Belem organise chaque été des parcours réservés aux jeunes, en particulier la « Tall Ship Race » dont les membres d’équipage doivent avoir entre 15 et 25 ans ! Il ne s’agit pas d’une initiation, à réserver aux jeunes ayant déjà l’expérience de la navigation. D’autres traversées sont moins exigeantes et peuvent être l’occasion d’une initiation d’exception.

Vue aérienne du Belem

Le Belem en direction du Portugal, pour la Tall Ship Race

Les activités nature

Elles sont plus orientées vers les animaux et le jardinage, particulièrement adaptées aux jeunes. De type « séjour à la ferme », elles sont plébiscitées par les parents habitants dans les grandes villes et permettent aux enfants de découvrir que le poulet ne naît pas dans une barquette sous cellophane !

Les activités culturelles

Elles peuvent être intégrées à une colonie de vacances traditionnelle, ou être le centre même du séjour. L’éventail des possibilités est vaste : théâtre, découverte du cirque ou même participation à un chantier historique, comme la reconstruction du château de Guédélon, un château-fort médiéval.

Construction d'une voute en pierre

A Guédélon, les jeunes, accompagnés par un adulte, peuvent se prendre pour des charpentiers du Moyen-Age

On peut aussi considérer que les séjours linguistiques en font partie….

Les activités humanitaires

Des organismes proposent des séjours humanitaires aux adolescents. Là aussi, un vaste choix de possibilités, pour donner au jeune une plus grande ouverture sur le monde et lui permettre de se sentir utile. Ces séjours humanitaires sont organisés pour permettre l’échange (par exemple, du soutien scolaire en français), ou bien autour de chantiers, plantation d’arbres, participation à la construction d’un puits, d’une école…

Scout toujours ?

L’engagement dans le scoutisme ou dans un mouvement équivalent laïc comme les éclaireurs demande un investissement régulier, sur la durée, toute l’année. L’aventure du scoutisme peut commencer à partir de quatre ans, plus généralement six ans, et se poursuivre jusque vers vingt ans.

Un groupe de jeunes avec la chemise bleue des scouts

Scouts et Guides lors d’une marche en forêt

L’été est bien entendu l’occasion des camps scouts. Ceux-ci ne ressemblent plus vraiment à la caricature qu’on pouvait voir dans le film de Gérard Jugnot. Culture du potager, photo, radio même sont au programme !

 

Pour les enfants

Pas de commentaire to “Le guide des colonies de vacances”

Leave a Reply

(required)

(required)