Manger du chou chinois

2 juillet 2011
Carnets d'un français en ChineMiniature par Apercite.fr

Visitez le site : Carnets d'un français en Chine
Suivre son actualité : Derniers articles du blog

« Manger du chou chinois » est un blog qui a fêté en juin 2011 ses 250.000 pages vues. Une popularité méritée pour un carnet de notes qui retrace la vie quotidienne en Chine d’un français mariée à une fonctionnaire chinoise, ouvert en novembre 2006.

Le propriétaire du blog, s’il reste discret sur son identité, révèle quand même au fil des pages beaucoup de détails. Il a tenté d’ouvrir une boulangerie française, il semble maintenant enseigner le français à l’université, ce qui permet de découvrir, à travers les dissertations de ses élèves, comment les jeunes chinois perçoivent la culture française. Un joli jeu de miroir avec ses analyses !

Ebolavir (appelons-le ainsi) connaît manifestement très bien la Chine. Les « pensées gratuites et choses banales vues dans ma petite ville » constituent une chronique passionnante quand on la suit au fil des années, avec les fêtes qui se répètent, le Nouvel An et ses pétards, les cérémonies officielles, le développement des « magasins étrangers », l’analyse de la vie politique avec un ton qui évite à la fois la critique brutale et la flagornerie, restant dans la réserve qui se doit à un étranger. (Mais en revanche, il est possible de parler avec plus de liberté de ce qui se passait « autrefois », comme par exemple à l’époque où les étrangers ne devaient pas contaminer la révolution).

La plupart des billets sont illustrés par des photos de l’auteur. Ne sachant pas si je peux les réutiliser, je m’abstiens d’en mettre quelques unes dans cet article, mais c’est une des choses que je préfère dans ce blog, car les photos ne sont (en apparence) pas « typiques », ce sont des photos de la vie quotidienne, correctes mais sans effet artistique, sans mise en scène. Elles n’ont pas pour ambition de plaire, mais de montrer. Y compris les aspects modernes des villes, de l’habillement, le mobilier anodin d’une famille moyenne, toutes choses qu’il est difficile de voir ailleurs.

 

Vivre ailleurs